Costa Rica : entre Experts Eco-Warriors et Apprentis Aventuriers – Chapitre 1

Le Costa-Rica est considéré comme étant le pays d’Amérique Latine le plus avancé en termes d’environnement. Ajoutez à cela des plages magnifiques, des réserves naturelles incroyables, des paysages à couper le souffle et des vagues dans une eau à 28°c ! Impossible pour moi de ne pas m’y aventurer !

Barbecue, LEGO et UpCycling !

A peine arrivé à San José, Capitale du Costa Rica, j’ai été accueilli comme un roi par les fondateurs deEko Junto, Bertrand, Aude et leur incroyable petite fille Soizic (le même prénom que ma Maman !). Barbecue, bière locale et récolte de fruits dans le jardin ! Francisco, leur Ingénieur en construction nous a rejoint pour le déjeuner, j’ai donc pu faire connaissance avec toute l’équipe.

Bertrand et Aude sont des modèles « d’éco-guerriers » avec un vrai parcours d’aventuriers ! Ils ont tous les deux travaillé à travers le monde dans l’entreprenariat social. Leur cursus est tellement riche qu’il est impossible à résumer. Au Costa Rica, ils ont décidé de monter un projet alliant leurs convictions environnementales et sociales : Eko Junto. Le principe : proposer des maisons écologiques à des prix très abordables construites avec des briques en plastique recyclé. Le système est très ingénieux, le montage s’inspire du jeu de « LEGO », simple et rapide !

Pour vous donner une idée, une maison d’environ 45 m2 peut être montée en seulement 3 jours ! Autre avantage, surtout dans une zone sismique comme le Costa Rica, ces maisons sont démontables et remontables ! Les briques appelées « Bloqueplas » sont conçues à partir de différents types de plastiques recyclés, en fonctions de leurs propriétés mécaniques. Leur conception suit le fondement même de l’UpCycling : recycler un déchet pour le transformer en produit de qualité ou d’utilité supérieure. Et quoi de plus universellement utile qu’une maison ?

Le plastique retrouve aussi une cohérence entre sa durée de vie et d’utilisation. C’est un sujet qui a été largement repris dans les médias ces derniers temps avec la future interdiction des produits plastiques jetables (gobelets, couverts, pailles, etc.). Il y a une véritable incohérence entre leur durée d’utilisation (quelques minutes) et leur durée de vie (quelques siècles…), d’autant plus que ces déchets finissent régulièrement leur vie dans les océans… Ce problème ne se pose pas vraiment avec une maison !

(credits : Eko Junto)

Ce projet a aussi une visée sociale. Tout d’abord, il permet de faciliter l’accès à un logement décent pour le plus grand nombre. Le montage des maisons étant très rapide, cela permet de diminuer très significativement le prix de construction. Enfin, Eko Junto soutient des initiatives communautaires dirigées par des femmes en matière de tri des déchets. Une partie de la matière première servant à la confection des briques est collectée par ces communautés ce qui leur permet de générer un revenu. Inutile de vous parler des retombées positives que cela peut engendrer pour ces femmes et leurs familles…

Opération de Collecte de « déchets » (credits: Eko Junto)

Eko Junto va très probablement s’exporter à travers le monde, notamment pour s’associer à des projets humanitaires et sociaux. Je ne vous en dis pas plus…

Bertrand a envie d’aller plus loin dans l’UpCycling, il est constamment à la recherche de nouveaux projets encore plus novateurs et éco-bénéfiques. C’est un entrepreneur bouillonnant d’idées ! Ces moments passés avec Aude et lui m’ont permis de faire un énorme bond en avant dans la compréhension des enjeux environnementaux et dans la philosophie de l’UpCycling. Moi qui pensais me défendre sur le sujet, je me suis rendu compte que j’avais encore énormément à apprendre ! C’est le paradoxe de la connaissance, de Galilée : « Plus j’apprends plus je m’aperçois que je ne sais pas ».

Avant de partir, Bertrand m’a prêté un livre incroyable que je vous recommande fortement : « Cradle to Cradle, Créer et recycler à l’infini » de Michael Braungart et William McDonough. Bien que cet ouvrage ait près de vingt ans, j’ai encore eu l’impression de faire un bond en avant !

Rasta Beach Boys

C’est avec une vision élargie et enrichie du monde de l’Environnement que J’ai poursuivi mon Aventure vers la côte Caraïbe du Costa Rica.

Après quelques heures de bus, j’ai posé mes valises à Puerto Viejo de Talamanca, un village de pécheurs assez touristique à l’ambiance Rasta cool très décontractée ! J’y ai rencontré Berni et Sebastian, deux amis d’enfances Allemands en vadrouille à travers le pays. Sebastian travaille au Costa Rica en tant qu’ingénieur forestier depuis déjà 2 ans. Nous avons profité de ses connaissances du pays pour partir à l’aventure.

Il avait notamment entendu parler d’une caverne secrète, cachée dans les falaises de la Réserve Nationale de Manzanillo, proche de la frontière Panaméenne. L’accès devait se faire par la mer, en escaladant les falaises et surtout, en évitant de se faire attraper par les vagues ! Après une heure de recherche et quelques estafilades aux pieds, nous l’avons trouvée ! Cette petite caverne était uniquement habitée par des chauve-souris… Bien que quelques ossements à l’entrée aient soulevés quelques questions. Ayant oublié de prendre nos lampes torches, nous n’avons pas pu l’explorer à fond. Courageux mais pas téméraires !

Sur le chemin du retour, Sebastian nous a initié à la chasse aux Pipas, les jeunes noix de coco vertes. Trois options pour pouvoir profiter de leur eau de coco ultra-chargée en électrolytes (idéal après une soirée un peu arrosée…) :

  • Savoir faire marcher ses bras et grimper aux arbres. J’ai essayé mais le plus compliqué reste d’en descendre, sans se casser les deux rotules…
  • Savoir faire marcher sa tête et trouver un bout de bois assez long pour les faire tomber sans trop d’efforts…
  • Savoir faire marcher sa chance et ramasser les jolies Pipas déjà tombées au sol…

Si vous n’avez pas pensé à vous balader avec votre machette, un bon canif et un peu de patience peuvent suffire à accéder au précieux liquide. Vous pouvez aussi gratter la chair à l’intérieur, il n’y a pas meilleur. Le top après l’aventure ! Cela permet aussi de se rappeler que tout ce que l’on peut boire et manger ne se trouve pas uniquement au rayon frais du supermarché… petite re-connection avec la Nature et la vraie vie !

Je suis tombé dessus en rentrant de Playa Cocles… Ils sont partout Eko Junto !

Nous nous sommes aussi mesurés à un spot de surf assez sympa : Playa Cocles. C’est une vague relativement puissante qui casse sur peu d’eau… Les loueurs de surf nous ont averti sur les risques d’y casser les planches… et de se retrouver à payer quelques centaines de dollars de dédommagement ! Je ne vous cache pas que j’ai fait très attention. Et puis, pris dans l’euphorie, on oublie vite les conséquences, sans frais pour cette fois !

Le mini-livre de la Jungle

Welcome To The Jungle !

Quelques jours plus tard, je suis reparti à l’assaut de la réserve Nationale de Manzanillo. Aude et Bertrand m’avaient conseillé d’effectuer la traversée jusqu’à Punta Mona, l’autre extrémité de cette petite jungle.

Entre le trajet à vélo et la grosse ballade, il fallait compter environ 5h aller/retour. En partant en fin de matinée et avec un coucher de soleil prévu vers 17h, je m’étais vite rendu compte que le timing serait serré pour rentrer avant la tombée de la nuit. La journée s’annonçait sportive ! Pour arranger les choses, en tant qu’aventurier très expérimenté, j’avais oublié de prendre de quoi manger et je n’avais pas grand-chose à boire…

Règle n°1 : Toujours être bien accompagné !

Manon et Sofia, un duo de copines Franco-Allemandes que j’avais rencontré dans mon auberge de jeunesse, m’ont accompagné dans cette épopée fantastique. Les fortes pluies de la veille ne nous ont pas vraiment facilités la tâche. Après vingt minutes de glissades, Manon a dû faire demi-tour pour éviter l’accident de claquettes ! Comme je vous l’ai dit, nous étions partis la fleur au fusil…

Nous avons fini par faire définitivement une croix sur l’état de ses chaussures. Une fois passée la peur de s’enfoncer dans la boue jusqu’aux chevilles, la ballade dans la jungle était vraiment agréable. D’énormes araignées bordaient le sentier, s’assurant que l’on ne dévirait pas de notre itinéraire. Pour éviter une chute mémorable, Sofia a failli se rattraper à un arbre puis s’est ravisée au dernier moment… Le tronc « bougeait » littéralement, des milliers de petites araignées grouillaient à sa surface ! Nous avons aussi croisé un petit serpent sympathique qui s’est faufilé en dehors du chemin à notre passage. Deux jours plus tard, j’ai appris qu’il s’agissait peut-être d’un des serpents les plus venimeux du pays. Heureusement, c’est aussi l’un des plus peureux !

Les Sentinelles du Sentier !

A la fin du parcours, nous sommes tombés sur la communauté du Punta Mona Center. Elle a été fondée il y a plus de vingt ans par Stephen Brooks. Il y enseigne la permaculture et l’herboristerie. Grace à des panneaux solaires, le camp est autonome en énergie. Les quelques 300 variétés de fruits, noix, racines et légumes qu’ils y font pousser leur permet de se préparer des repas de gourmets. Histoire de rester en forme, ils ont même installé un terrain de beach-volley ! Zéro déchet, réduction de consommation d’eau pour la culture, un vrai retour aux sources et un appel au respect de la Nature.

Le temps jouant contre nous, nous n’avons pas pu nous attarder sur la plage quasi -déserte. La faim et la soif aidant, le retour a été bien plus rapide. Cela devenait même presque plaisant de sauter à pieds joints dans la boue épaisse !


Promis Maman, la prochaine fois, je penserai à prendre mes boues en caoutchouc et mon goûter !

2 Replies to “Costa Rica : entre Experts Eco-Warriors et Apprentis Aventuriers – Chapitre 1”

  1. Merci de nous faire partager tout cela ! Un beau voyage rempli de découvertes enrichissantes sur le zéro déchet et une belle aventure humaine aussi !
    Profite en bien !
    Des bises
    Stef

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s